Les Ratios d’Images

Pertinence.retinienne/ septembre 16, 2019/ Articles Techniques/ 0 comments

Après les échelles de plans, on va aujourd’hui faire un petit point sur les différents ratios d’images couramment utilisés en Cinéma. Vous allez voir que la découverte des ratios est passionnante car c’est un voyage au coeur de l’histoire du cinéma !

Définition

Lorsqu’on parle de ratio d’image, ou format, on parle en réalité du rapport de la longueur sur la hauteur de l’image. L’image étant un rectangle, on divise la valeur de la longueur (horizontale) du cadre par la valeur de la hauteur (verticale), on obtient un facteur multiplicateur : c’est lui, le fameux ratio de l’image. On peut résumé tout ça à cette formule :

L/h=r avec L=Longueur, h=hauteur et r=ratio

Exemple :

Actuellement la norme audiovisuel est le Full HD avec une définition de 1920 pixels par 1080 (1920*1080). Si l’on applique la formule ci-dessus, 1920/1080 = 1,77(7777…). On dira donc qu’en télévision, les images conventionnelles ont un format de 1.77 (que l’on pourra également écrire 1,77:1).

Les Ratios « conventionnels »

1.33 (ou 4/3)

Au tout début du Cinéma, les films avaient un format de 1.33 car c’est le format obtenu en imprimant une pellicule 35mm sur toute sa surface sensible.

Le Voyage sur le Lune – Georges Méliès – 1902

1.37

En 1929 apparaît le cinéma parlant. Pour une synchronisation parfaite, on décide de faire une petite place sur la pellicule pour insérer une bande de son optique. Conséquence : on diminue la surface sensible de la pellicule. Tout cela est normé au début des années 30, on définit donc un format académique standard de 1.375. La différence avec le 1.33 est légère, on reste sur un format 4/3.

Christine en Hiver – Mélissandre Carrasco – 2017

1.66

Dans les années 50, avec l’arrivée des télévision dans les maison, le cinéma perd de son intérêt. Pour concurrencer le petit écran, les cinéastes proposent des formats panoramique. Les films français s’harmonisent autour d’un ratio panoramique, le 1.66

Film : Thé Glacé

1.77

Rappelez-vous, au tout début de l’article, dans un exemple on a calculé le format standard actuellement en télévision : le 1.77. Ce format a une histoire bien différente des autres, car c’est avant tout un format de diffusion ! Il a été définit dans les années 90 car il fallait trouvé une solution permettant de diffuser à la télévision des programmes en 4/3 et des films en format panoramique… La solution a donc été de créer des télévisions dans un format intérmédiaire, 1.77, le fameux 16/9 ! Aujourd’hui, de nombreux écran et caméra proposent donc ce format.

Film : Le Chant des Comètes

1.85

Outre Atlantique en 1950, les américains comme les français cherchent à proposer des films dans un format panoramique. Ils s’entendent sur un ratio un peu plus allongés : le 1.85.

L’Arlesienne – Mélissandre Carrasco – 2018

2.39

Vous pouvez vous en douter, cette course au format panoramique à entraîner de nombreuses inventions plus ou moins intéressantes, proposant chacune des ratios différents. Une de ces nouvelles technologies a cependant remporté l’unanimité : le CinémaScope. Le principe étant d’anamorphosé l’image lors du tournage et de la désamorphosé à la projection, on obtient un ratio de 2.39 ! C’est aujourd’hui un format très utilisé au cinéma.

Film : Dédestinés

Choisir le ratio pour son film

Alors choisir un ratio pour son film est une question très intéressante à se poser ! Surtout qu’aujourd’hui, en numérique, tous les ratios sont possibles sans de grosses contraintes techniques !

  • Réfléchir à la cible de diffusion ! S’il s’agit d’un contenu pour de la télévision, si vous voulez que l’image remplisse l’écran, tournez en 1.77. Au contraire, de nombreux écrans Cinéma sont en 2.35, donc si vous voulez respecter les conventions, tournez votre film en 2.35 s’il se destine à une projection sur un grand écran (ce serait dommage de n’en utiliser que la moitié)
  • Adaptez-vous à votre sujet ! Certains réalisateurs tourneront en 4/3 pour isoler les personnages tandis qu’ils tourneraient en 2.35 s’ils avaient à filmer des paysages. J’ai aussi entendu dire que certains réalisateurs choisissaient le 2.35 car il permet d’avoir deux personnages en gros plans d’un coup. Il est vrai que le format va définir la place d’un acteur sur l’écran et son rapport à l’environnement.
  • Mais n’oubliez pas les conventions ! Pensez à tout ce que je vous ai raconté ci-dessus. En effet, si vous choisissez de tourner en 4/3, les spectateurs auront forcément une première impression de « vieux film », « vieux format ». De la même manière, vous regarderez les émissions de télévisions, il arrive régulièrement qu’elles rajoutent des barres noires en haut et en bas pour donner un look 2.35 Cinéma sur des séquences parodiques. Prendre en compte l’inconscient des spectateurs est fondamental 😉

Bref, la liberté est totale, mais encore une fois faites les choix pour une bonne raison, et surtout, faites ce choix AVANT le tournage !! Il est impensable de changer le ratio d’un film en post-production car les choix de cadrages auraient été différents, inévitablement.

Q.

Share this Post

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*