Les échelles de plans

Pertinence.retinienne/ juin 22, 2019/ Articles Techniques/ 0 comments

Cette semaine, un article très basique, mais qui me semblait nécessaire d’aborder rapidement car c’est du vocabulaire que j’utiliserai régulièrement. Déjà la semaine dernière, dans l’article consacré au Clap, j’y ai fait allusion. Voici donc un petit tour d’horizon des différentes échelles de plans utilisées au Cinéma.

Qu’est-ce que l’échelle des plans ?

Un plan est la plus petite portion constitutive d’un film, un fragment dont les extrémités sont souvent une coupe ou un fondu vers un autre plan. Lorsque l’on parle d’échelle des plans, c’est pour définir le rapport de proportion entre le sujet et le cadre. Il peut le remplir, n’en occuper qu’une infime partie, ou bien dépasser de chaque extrémité. On a donc défini différentes échelles de plans pour définir la place occupée par le sujet dans l’écran.

Notions de cadrage

Avant de les présenter, je voudrais revenir sur la façon dont ont été définit ces « standards ». Cela repose évidemment sur une notion de cadrage. En effet, quand on parle d’échelle de plans, on se pose la question suivante : comment filmer un être humain ?

Film : Dédestinés

Esthétiquement, vous vous rendrez compte assez rapidement qu’il ne faut jamais « couper » un être humain au niveau des articulations. Pourquoi ? Tout simplement car notre cerveau utilise son imagination pour prolonger ce qu’il voit. Si on voit des moitiés de cuisses, le cerveau saura immédiatement qu’il y a l’autre moitié qui continue en dehors de l’image et que votre personnage est debout. En revanche si vous couper le personnage au niveau des genoux, le cerveau aura la très désagréable sensation que votre personnage est « sur les rotules », et marche sur le bord du cadre.

Une fois cette notion en tête, les différents plans que je vais vous présenter ci-dessous vont vous paraître totalement naturels puisqu’ils ne font que respecter cette règle.

Les Plans Larges

La première catégorie dont on va parler sont les plans larges. C’est-à-dire que l’on ne filme par uniquement notre sujet, mais également son environnement. On met en relation le personnage avec son décors. Ce sont bien souvent des plans « descriptifs ».

Le Plan Général

Le principe même du plan général est de présenter un décors. On ne filme pas un personnage. S’il est présent, il est perdu dans son environnement. Le plan général est souvent utilisé pour poser un contexte, et faire émerger une ambiance, une atmosphère.

Film : Le Chant des Comètes

Le Plan d’Ensemble

Plus serré que le plan général, le plan d’ensemble permettra de déterminer avec plus de précisions le lieu de l’action. Dans celui-ci, on peut situer un personnage et le présenter dans son environnement. C’est la relation entre les deux qui est importante dans le plan d’ensemble.

Film : Interférence

Plan de Demi-Ensemble

Dans le plan de demi-ensemble, la relation entre le personnage et son environnement est toujours présente. Mais cette fois-ci, l’attention est beaucoup plus centrée sur le personnage et ses actions, potentiellement à son interaction avec d’autres personnages.

Film : Dédestinés

J’aurais tendance à dire que le terme « demi-ensemble » n’est pas très répandu sur les tournages. On dira plus facilement que l’on fait un plan « large » ou un plan d’ensemble de l’action.

Les Plans Moyens

Les plans qui suivent permettent de montrer l’action d’un ou plusieurs personnages, tout en gardant une certaine distance avec ceux-ci. Ils sont très utiles pour filmer des groupes et sont généralement assez neutres. Ce sont des plans d’actions.

Plan Moyen

Le plan moyen, peut également être appelé « plan en pied » puisque le principe est de filmer le personnage de la tête aux pieds. Il permet de focaliser l’attention du spectateur sur les personnage et l’action. le décors passe en second plan.

Film : Interférence

Plan Italien

Le personnage est filmé de la tête jusqu’au milieu du tibia. Appelé à l’origine « italien » car il a été particulièrement utilisé dans les western spaghettis. C’est un plan assez peu utilisé, on préférera généralement le plan Américain.

Film : Dédestinés

Plan Américain

C’est dans les western américain que l’on utilisait beaucoup ce plan. Et pour cause, il permettait de filmer les colts ! C’est un plan très utilisé et très intéressant car c’est un bon intermédiaire entre un plan large (pour voir l’action) et un plan serré (permettant de voir le jeu du comédien). Il permet de donner au costume et à la posture une signification importante. Il donne également la possibilité de filmer un ou plusieurs personnages.

Film : Dédestinés

Les Plans Serrés

Les plans serrés vont permettre de se concentrer sur les personnages. On est plus dans l’action en elle-même mais dans la réaction des personnages à celle-ci.

Le Plan Rapproché Taille

Le personnage est filmé de la tête au nombril. Ce plan est intéressant car il permet de saisir les réactions du personnages, tout en gardant une certaine liberté pour sa gestuelle car ses bras ont encore une importance dans l’image.

Film : Thé Glacé

Le Plan Rapproché Poitrine

Le personnage est filmé de la tête à la poitrine. Ce plan permet de se concentrer uniquement sur les réactions du personnage. On oublie l’action, la posture ou la gestuelle. Toute l’attention est concentré sur le visage du personnage.

Film : Rire Pandémique

Gros Plan

Le gros plan va permettre d’être encore plus serré sur le visage du personnage. Le visage est mis en avant plus que jamais. On est au delà des réactions, une véritable intimité se crée avec le personnage et on peut accéder à ses émotions, ses sentiments. Le personnage est filmé de la tête au cou, on peut parfois parler de plan « casquette » si on s’autorise à couper le personnage au niveau du front, ce qu’on ne peut se permettre qu’en gros plan. L’attention du spectateur va se porter cette fois-ci sur les yeux, le regard du personnage, on pourra déceler chaque réaction faciale, chaque mimique.

Film : Dédestinés

Le Très Gros Plan

On filme des parties du corps plus petites qu’un visage. Il peut s’agir des yeux, des lèvres, d’un doigt, d’une pièce ou encore d’une toupie. Ce type de plan sert généralement à arrêter l’attention du spectateur afin de lui montrer un détail significatif pour l’histoire.

Film : Le Chant des Comètes

Conclusion

En conclusion, je voulais juste revenir sur un élément qu’il me semblait important, c’est que l’échelle des plans s’applique au sujet du film. C’est à dire un être humain dans 99% des cas. Mais si on fait un film sur des fourmis, il serait insensé de dire qu’il n’y a que des gros plans. Alors dans ce cas oui, une flaque peut être un plan général.

Autre exemple, si je filme un personnage assis en plan moyen, je cadrerai de sa tête à ses pieds. Inutile de laisser 40cm d’air au dessus de sa tête sous prétexte que s’il était debout un plan moyen serait plus large.

Tout ce vocabulaire est fait pour communiquer, il faut donc l’utiliser avec intelligence. Pour aller plus loin, je vous recommande vivement de lire Les Plans Au Cinéma de Jérémy Vineyard et Jose Cruz qui reprend de manière simple mais efficace l’ensemble des éléments du langage cinématographique.

Q.

Share this Post

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*